ENDOCRINOLOGIE

NOUVELOBS.COM | 10.08.2009 | 16:25

Des scientifiques ont réussi à transformer des cellules immatures du pancréas en cellules productrices d’insuline. Un espoir nouveau, mais à long terme, pour les personnes atteintes de diabète de type 1.

Cellules pancréatiques de souris normale et transformée. Image Inserm.

Cellules pancréatiques de souris normale et transformée. Image Inserm.

Le diabète de type 1, ou diabète insulino-dépendant, est une maladie auto-immune (dans 90% des cas) qui apparaît chez les enfants et les jeunes adultes. En France, environ 200 000 personnes en sont atteintes et doivent chaque jour s’injecter de l’insuline, hormone hypoglycémiante que leur corps ne peut plus produire. Ce défaut de production est du à la destruction des cellules bêta du pancréas.

Si les injections quotidiennes d’insuline permettent de réguler la glycémie (le taux de sucre dans le sang) elles ne constituent pas, en revanche, un traitement idéal. En effet, il s’agit d’abord d’une thérapie astreignante qui nécessite une surveillance de la glycémie plusieurs fois par jour et du matériel d’injection. Et qui plus est ce traitement n’empêche pas la survenue de complications car il ne remplace que partiellement le métabolisme de l’organisme. Il est en particulier difficile de maintenir une glycémie stable après les repas ou durant l’activité physique.

De nombreux diabétiques finissent donc par souffrir d’atteintes organiques imputables au diabète. Les principales touchent le système cardiovasculaires, les diabétiques ont ainsi un risque nettement plus élevé d’infarctus du myocarde ou d’accidents vasculaires. Mais ce sont en fait pratiquement tous les organes ou tissus qui sont affectés par le diabète : yeux, reins, nerfs, peau….

Les chercheurs tentent donc de trouver un moyen de relancer la production naturelle d’insuline chez les diabétiques de type 1. Dans cette optique et en utilisant un modèle murin, les chercheurs de l’Inserm ont montré qu’il est possible de littéralement transformer certaines cellules du pancréas appelées cellules alpha en cellules bêta synthétisant l’hormone insuline.

L’approche utilisée par les scientifiques de l'Inserm consiste en l’activation forcée d’un seul gène nommé Pax4 dans toutes les cellules alpha. Les résultats prouvent aussi que ces cellules alpha sont continuellement régénérées et converties en cellules bêta conduisant, dans ce cas précis, à une augmentation massive du nombre de cellules bêta. Ces dernières sont fonctionnelles et permettent de traiter un diabète de type 1 induit chimiquement.

Il est important de noter que ces résultats, qui feront l'objet d'une publiction dans la revue Cell, bien que très prometteurs ont été obtenus chez la souris et doivent maintenant être validés chez l’homme. « Si ces découvertes se confirmaient chez l’homme, nous disposerions alors d’une source abondante de cellules présentes dans le corps transformables en cellules bêta productrices d’insuline. Nous devrions alors découvrir comment forcer, mais aussi contrôler, cette conversion de façon chimique » explique Patrick Collombat, responsable de l’équipe Avenir au sein de l’Unité « Génétique du développement normal et pathologique » de l’Inserm.

J.I.
Sciences-et-Avenir.com

10/08/2009

La production d'insuline relancée