champMon premier noël et mon premier réveillon du 31 passés sous pompe...
Quel bonheur !! Grâce aux bolus étendus (une dose de plusieurs unités d'insuline qui a pour but de couvrir un repas et qui se distille pendant un nombre d'heures précis que je défini au départ), j'ai pû manger et grignoter quelques truffes et bredele comme tout le monde ! L'esprit léger, je n'ai pas eu d'angoisses face aux repas qui durent des heures et traînent tout l'après-midi. Ni d'hypos avant le dessert alors qu'on s'est injecté trop d'insuline et que le dessert peine à arriver et qu'on est alors obligé de le manger avant tout le monde.
Et que dire du réveillon du 31 ! Pour une fois que je m'amuse et que je me lâche sans devoir me brider parce que je ne peux pas boire encore un peu de crémant dès que minuit sonne !
Et enfin, quelle satisfaction de se lever le lendemain à 11h, de prendre sa glycémie, de voir afficher 1,04g et de ne boire qu'un café pour petit déj'! Tout cela doit vous sembler tellement banal mais ce sont des (mauvaises) habitudes qu'un diabétique sous injections ne peut souvent pas se permettre ! Conclusion, depuis que je suis sous pompe, je mène une vie de débauche et de fêtes continue ! Je plaisante évidemment, la seule chose c'est que dorénavant je suis à nouveau comme tout le monde, je vis et je m'amuse sans trop réfléchir et sans souci pour ma santé (bien que je n'abuse pas de l'alcool je vous rassure) et ça fait un bien fou !